Classique

À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU VI : Albertine disparue – Marcel PROUST

815qj6eSdTLMon avis : Conclusion de l’histoire entre le narrateur et Albertine, tragique, guérison longue et douloureuse, voyage à Venise avec sa mère, voyage dont il rêvait depuis l’adolescence, des révélations et des éclaircissements vers la fin de cette 6e partie concernant certains détails du passé, des évolutions concernant la vie et les mœurs de certains personnages, tout ceci évoqué avec les qualités (et les défauts : quand il devient impossible de sortir de la phrase) dont j’ai déjà parlé dans mes commentaires précédents.

Une des nombreuses phrases que j’ai aimées : « Car il y a dans ce monde où tout s’use, où tout périt, une chose qui tombe en ruine, qui se détruit encore plus complètement, en laissant encore moins de vestiges que la beauté : c’est le chagrin. »

A propos de F.

Un lecteur qui vous invite à découvrir ses lectures, qui les partage et en parle avec vous.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Cometewaf |
Blogdeshojomanga |
Voulez-vous de mes nouvelles ? |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Skarbnica ciekawych artykułów
| Fragrancedepoesie
| Jm168540