Blake & Mortimer

BLAKE & MORTIMER tome 7 : L’énigme de l’Atlantide – Edgar P. JACOBS

91o2qciZWxLRésumé : En vacances dans l’archipel des Açores, le professeur Mortimer fait une stupéfiante découverte. Lors de l’exploration d’un gouffre nommé  » O foro do diabo  » (le trou du diable), il trouve un métal inconnu aux étonnantes propriétés radioactive et luminescente. Il ne peut s’empêcher de penser à l’orichalque, ce mystérieux métal que les Atlantes, dans le récit de Platon, estimaient aussi précieux que l’or. La découverte est suffisamment importante pour qu’il prévienne son ami, le capitaine Blake. 

Mon avis : Un album qui démarre sur les chapeaux de roues, les trois premières planches d’introduction m’ont scotché par leur concision et leur efficacité, et laissaient présager le meilleur. Surtout que la suite confirmait l’impression, quand Blake et Mortimer partent à l’aventure pour explorer le gouffre de l’archipel, où durant une vingtaine de planches riches en suspense et en action nos deux compagnons affrontent toute sorte de dangers à des centaines de mètres sous terre après s’être fait une fois de plus tromper par leur irréductible adversaire Olrick.

Mais une fois les deux amis découvrant la cité souterraine de Poseïdopolis, ce qu’il reste de l’antique et légendaire cité de l’Atlantide, on plonge dans une sorte de péplum peu crédible et de science-fiction un peu trop vieillotte, avec des héros n’ayant pas l’air surpris plus que ça de la fabuleuse découverte qu’ils font de cette gigantesque ville souterraine, s’y adaptant le temps de changer de costume, comme s’il était habituel de rencontrer des peuples légendaires vivant sous terre avec une technologie de pointe… et donc je n’y ai pas vraiment cru. Même l’histoire classique de complot contre le dirigeant de l’empire et de rébellion au sein de Poseïdopolis, si elle ne souffre d’aucun temps mort, est à bien des moments confuse à cause de vignettes un peu curieuses, s’enchaînant mal et n’aidant pas à la compréhension des événements qui manquent de clarté. C’est comme s’il manquait des éléments. 

Avec une fin prévisible dans laquelle Jacobs a l’idée d’engloutir une seconde fois l’Atlantide et d’évacuer les survivants dans l’espace dans de super modules, un rythme soutenu mais pesant, j’ai passé un moment agréable mais vraiment sans plus, pendant lequel j’ai souvent soupiré. Tout ceci est divertissant, mais trop gros, et de moins bonne qualité que les B&M précédents. Il m’a fallu deux jours pour lire celui-ci. J’attends bien mieux du prochain.

jpg_03_ATLANTIDE

 

A propos de F.

Un lecteur qui vous invite à découvrir ses lectures, qui les partage et en parle avec vous.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Cometewaf |
Blogdeshojomanga |
Voulez-vous de mes nouvelles ? |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Skarbnica ciekawych artykułów
| Fragrancedepoesie
| Jm168540