Terreur / Thriller

Le Costume du mort – Joe HILL

515A3-MYBOL

Résumé : On ne collectionne pas sans péril des reliques toutes plus étranges les unes que les autres. C’est ce que va apprendre Jude en achetant le dernier costume d’un mort. Soudain, au pied de son lit, derrière une porte, à ses côtés en voiture, grimaçant et assoiffé de vengeance, apparaît l’ancien propriétaire de l’habit. Quelle terrible histoire de son passé cherche-t-il à lui faire payer ? Aux frontières de la folie, une fuite éperdue commence… 

Mon avis

Très belle surprise ! Ce bouquin, ce petit malin de Joe Hill l’a écrit avec la caisse à outils de papa. La façon de raconter l’histoire est quasi identique à celle d’un Stephen King des années 80, on a affaire au même processus d’écriture : le quotidien ordinaire, une présentation sommaire des personnages dont on pénètre vraiment la psychologie et le passé par fragments dans le court du récit, en forme de flash-back souvent, quand le surnaturel survient brusquement et révèle leurs personnalités, les pousse à se surpasser, à agir, à comprendre ce qui leur arrive.

Comme dans les œuvres du père, c’est très glauque, très ironique, très rock & roll, bourré beaucoup d’humour noir et Joe Hill affectionne les mêmes thèmes (le rock & roll, l’enfance meurtrie, on pense à Shining ou Histoire de Lisey) les mêmes environnements (fermes, motels de bords de routes, on retrouve des ambiances de type Simetierre). Ils ont aussi en commun de ne pas aimer les républicains qui sont tous des salauds. Les méchants sont toujours républicains, jamais démocrates. Pas de fanatisme ni de pervers sexuels chez les démocrates. Que chez les républicains. Allez savoir pourquoi. Il faut bien que je souligne ce petit point qui m’exaspère.  

Les personnages ne sont tout d’abord pas très attachants. Au début, Jude a l’air d’être un gros salaud égoïste, et Georgia d’une pouffiasse puérile, mais ils ne sont pas complètement repoussant non plus car on sent une fissure en eux, et sans les aimer tout à fait on aimerait qu’ils s’en sortent quand même, et de plus en plus à mesure que les difficultés s’accumulent, toujours plus éprouvantes, toujours plus violentes, si bien qu’à un moment ben… on fini par s’attacher à Jude et à MaryBeth dont les passés se dévoilent, dont les sentiments se découvrent, laissant filtrer un peu de lumière dans les ténèbres, et on se met à rire avec eux, à souffrir avec eux, et à espérer qu’ils s’en sortent, on devient attentif à tous les moyens qu’ils mettent en oeuvre pour se débarrasser du mort, le vieux Craddock, fantôme en costume noir et chapeau mou, rasoir à la main pendant à une chaînette servant à hypnotiser ceux qu’il hante, et on se met croire vraiment à cette histoire de fantôme. Surtout lorsque Jude commence à s’intéresser à Craddock et qu’il commence à entrevoir à travers son passé quel genre de manipulateur il était. Le personnage se révèle dans toute son hideur vers la fin du roman, lorsque les dernières pièces pour comprendre l’histoire sont enfin rassemblées.

Les éléments effrayants sont très bien amenés, ses mécanismes s’enclenchent brutalement mais sans se déchaîner tout d’abord, ça commence presque comme un jeu dans lequel les personnages ont un temps de réflexion avant chaque nouveau mouvement du mécanisme. Joe hill n’en fait pas des tonnes (peut-être un peu à la fin ?) ce qui rend cette histoire de fantôme crédible, les situations probables – on se projette en se demandant bien comment est-ce que l’on agirait soi-même –  et surtout, les idées sont originales, les détails bien flippants, notamment pour les yeux des morts, qui ne sont plus des yeux, mais une sorte de gribouillis que l’on aurait fait au feutre noir et qui remuent dans tous les sens lorsqu’ils vous fixent. J’ai trouvé cette image très frappante – et profonde lorsque les personnages en font leur interprétation vers la fin – et pleine de désolation aussi, surtout lorsque l’on perçoit ces gribouillis sur le visage d’une petite fille disparue dont il est question dans le récit. 

Pour un premier roman je trouve que c’est un véritable coup de maître. Je pensais aussi en le lisant aux Chiens de l’hiver de Dan Simmons pour l’ambiance noire et lourde qui confine peu à peu les personnages vers une folie morbide, mais aussi et surtout aux romans de Richard Bachman alias Stephen King. Après, le fils a sans doute son truc à lui mais franchement j’ai eu du mal à le saisir. Joe Hill dans son premier roman marche clairement sur les traces de son père. Je vois Le Costume du mort comme un rejeton de Christine ou de La peau sur les os. Très bon roman du genre en tous cas, je me pencherais bien sur ses autres romans pour voir un peu si son style se démarque et se personnalise, et si le fond s’épaissit car il y a énormément de potentiel et de savoir faire chez Joe Hill. Bref, du bon roman de terreur bien viscéral ne prenant pas de pincettes avec le lecteur. Un roman qui botte le cul. On en redemande ! 

 

A propos de F.

Un lecteur qui vous invite à découvrir ses lectures, qui les partage et en parle avec vous.

2 Réponses à “Le Costume du mort – Joe HILL”

  1. Le 11 août 2015 à 13 h 44 min Mina a répondu avec... #

    J’adore ta chronique, bravo pour ta plume (^-^) et j’ai de suite été emballée par la première phrase, je cite : « Ce bouquin, ce petit malin de Joe Hill l’a écrit avec la caisse à outils de papa ».
    J’avais beaucoup aimé ce premier roman comme toi et, ayant lu d’autres romans de l’auteur, notamment « Nosfera2″, je peux te dire que Joe Hill ne copie absolument pas son père. Il a sa patte à lui, quelque chose qui tient du Neil Gaiman sans en être bien sûr. Et si tu lis « Cornes », tu devrais également le sentir.
    J’espère pouvoir lire d’autres de tes avis sur cet auteur =)

  2. Le 10 septembre 2015 à 22 h 05 min F. a répondu avec... #

    Merci pour tous les commentaires que tu as laissés récemment ! et pour tes compliments, ça me fait très plaisir !
    Je n’ai pas eu accès à mon blog durant quatre semaines, d’où la longue attente de validation de tes commentaires.
    Je compte lire Nosfera2. Quand ce sera fait tu auras sans doute des nouvelles.

Ajouter votre réponse

Cometewaf |
Blogdeshojomanga |
Voulez-vous de mes nouvelles ? |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Skarbnica ciekawych artykułów
| Fragrancedepoesie
| Jm168540