Fantastique / Science-Fiction

La Horde du Contrevent – Alain DAMASIO

24awk7aRÉSUMÉ : Un groupe d’élite, formé dès l’enfance à faire face, part des confins d’une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l’origine du vent. Ils sont vingt-trois, un bloc, un nœud de courage : la Horde. Ils sont pilier, ailier, traceur, aéromaître et géomaître, feuleuse et sourcière, troubadour et scribe. Ils traversent leur monde debout, à pied, en quête d’un Extrême-Amont qui fuit devant eux comme un horizon fou.

MON AVIS

Voilà un roman de science-fiction dont on peut dire qu’il s’agit d’une réelle découverte. Tant sur le plan de l’écriture, exigeante, avec sa syntaxe désarticulée, ses recherches stylistiques, ses inventions, ses jeux de mots, ses mot-valise à la pelle, que sur le fond avec toute une dimension métaphysique, philosophique, hautement poétique, vraiment profonde, comme le fait de donner au vent un langage, et d’en retranscrire la forme, le rythme, comme une musique, avec des signes. 

L’histoire d’une quête (de soi et de l’autre) pleine de sens – de quoi sommes-nous fait, qu’est-ce qui nous lie les uns aux autres, nous forge, vers quoi tendons-nous et pour quelles raisons ? – une aventure humaine incroyable, dans laquelle les personnages de la Horde, poussée par un Traceur increvable, une force de la nature à la verve explosive, le gigantesque Golgoth qu’on n’est pas près d’oublier – ni aucun autre membre de la Horde – ne renonceront à rien pour aller jusqu’au bout découvrir l’origine du vent, en Extrême-Amont, le bout du bout du monde, quitte à traverser des épreuves surhumaines, qui font de cette aventure une véritable légende et surtout une leçon de vie. 

La Horde du Contrevent est un roman de très haut niveau, une oeuvre organique qui tient selon moi du génie et qui comporte ses moments de grâce. Damasio explore un vaste champ d’émotions, grâce une narration vivante, vivace, sortant de la bouche même des personnages, dans la peau desquels nous nous glissons, ce qui permet d’avoir des points de vue différents de chaque épreuve, chaque événement, vécus par les membres de la Horde, et d’en faire ressortir, sous des formes correspondant au caractère des personnages – brutales à travers Golgoth, douces chez Aoi, excentriques chez un Caracole, etc – la variété des sentiments humains. On plonge dans l’intime, on en éprouve les pulsations. Cela apporte énormément de relief au récit, lui donne plusieurs tonalités et correspond parfaitement à l’idée même du mouvement qui est le thème central du roman.

Une oeuvre très forte donc, qui demande des efforts de concentration (si l’on veut saisir quelque chose du concept qu’est le Vif par exemple, qui m’échappe encore un peu), qui se vit comme une expérience, car ce roman n’est pas écrit à l’américaine, mais bien à la française, et redonne même de la valeur à cette langue, montre ce qui se passe lorsqu’elle daigne sortir de la paresse et redevenir ce qu’elle est : une langue incroyablement riche, subtile, dans laquelle l’auteur puise joyeusement pour jouer avec ses mots et tout ce qu’elle a à offrir. C’est une ode à la parole. C’est pour ça aussi que La Horde du Contrevent se démarque et représente une expérience : ce roman est de ceux qui nous font redécouvrir la lecture et nous teste en tant que lecteur. 

Damasio a écrit – et je reprendrai là les paroles du personnage Sov – : « … à la manière d’un scribe surdoué qui aurait, sur une ultime phrase, joué la totalité de sa puissance de prose dans l’espoir d’extirper de son imaginaire un fragment de vie – brut et insécable – plus consistant que toute scène vivable ou vécue… »

 

A propos de F.

Un lecteur qui vous invite à découvrir ses lectures, qui les partage et en parle avec vous.

8 Réponses à “La Horde du Contrevent – Alain DAMASIO”

  1. Le 16 avril 2016 à 17 h 21 min Mypianocanta a répondu avec... #

    Whaouh !!! tu en parles magnifiquement et j’en reste sans mot.
    Bravo pour ce bel hommage à ce roman hors normes.

    • Le 16 avril 2016 à 22 h 52 min F. a répondu avec... #

      Merci à toi. Il ne me reste plus qu’à découvrir Aucun souvenir assez solide.

  2. Le 17 avril 2016 à 10 h 11 min Nath a répondu avec... #

    Depuis le temps que My nous en parle ! Je n’ai pas sauté le pas á cause de l’aspect science fiction car c’est un genre qui, habituellement ,ne m’emballe pas . Néanmoins ce que tu dis de l’écriture me convainc assez. J’apprécie les auteurs qui travaillent le phrasé. Merci à vous deux, je pense le trouver en médiathèque.

  3. Le 20 avril 2016 à 15 h 05 min Mina a répondu avec... #

    J’avais commencé cette lecture il y a de nombreuses années, sur les conseils d’une amie, mais vite abandonné, noyée dans la masse. Je pense en effet que c’est un roman de très grande qualité mais il faut s’accrocher ; peut-être que je retenterai un jour (^-^)

    • Le 22 avril 2016 à 18 h 22 min F. a répondu avec... #

      C’est clair : il faut s’accrocher. Mais ça en vaut largement la peine. ;)

  4. Le 20 avril 2016 à 18 h 21 min NIcolas (Livrepoche.fr) a répondu avec... #

    Je trouve que ta critique correspond exactement à ce que j’ai ressentie et comme tu le dis, Damasio donne à la langue française une dimension supplémentaire, « une langue incroyablement riche, subtile » et vivante, joueuse. Il y a vraiment peu d’auteurs francophones qui explore la langue comme il le fait !

    • Le 22 avril 2016 à 18 h 20 min F. a répondu avec... #

      Merci Nicolas.
      Au niveau du style j’ai souvent pensé à Barbusse ou à Céline. Il y a aussi quelque chose de Shakespearien dans le personnage de Caracole. Damasio est clairement un artisan de l’écriture.

  5. Le 3 mai 2016 à 5 h 04 min c'era una volta a répondu avec... #

    Ton article ravive en moi le souvenir de cette lecture et tout le plaisir que j’en ai eue. J’en souris d’ailleurs.
    Les linguistes trouveront dans ce roman magistral du point de vue de la maîtrise de la langue de quoi jubiler.
    Mais il y a tant de raisons de se réjouir avec ce titre…
    Bah j’ai envie de m’en relire des passages tiens!
    Merci

Ajouter votre réponse

Cometewaf |
Blogdeshojomanga |
Voulez-vous de mes nouvelles ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Skarbnica ciekawych artykułów
| Fragrancedepoesie
| Jm168540