Policier / Polar

Les clients d’Avrenos – Georges SIMENON

1019371959RÉSUMÉ : Quels sont les secrets qui unissent Nouchi, l’entraîneuse de dix-huit ans originaire de Vienne, et Bernard de Jonsac, ce Français d’une quarantaine d’années que tout le monde croit diplomate ? Quels mystères se cachent derrière leur errance aux parfums d’insouciance ? Partis d’Ankara, ils arrivent à Istanbul. Les nuits moites du Bosphore cachent des personnages qui se guettent, se haïssent, sympathisent parfois… Rien ne change dans ce décor où la torpeur gouverne. Et pourtant… Une femme est retrouvée comme morte, Nouchi fascine, et Bernard de Jonsac ferme les yeux sur ce qu’il ne veut pas comprendre.

MON AVIS 

Un bon livre, classé policier mais que je vois plutôt comme un drame. Avec des personnages un peu paumés, à moitié ruinés, oisifs, alcooliques et fumeurs de haschich essayant de meubler les journées, en apparence heureux, du moins pour les gens ordinaires à qui les soirées bourgeoises sont inaccessibles, mais au fond égarés et en détresse, ou insipides. J’ai bien aimé l’histoire, un type d’une bonne quarantaine d’années se laissant embarquer avec une jeune danseuse de 18 ans à moitié putain au passé peu réjouissant, profiteuse sur les bords et maîtresse d’elle-même dans une Istanbul sublimement dépeinte par Simenon, avec ses nuits chaudes et parfumées, fortement alcoolisées et pleines de frustrations. C’est marrant, j’ai été bien plus touché par ce roman que par L’Étranger de Camus par exemple. Pas que l’histoire ait quelque chose à voir avec celle du roman de Camus, par ailleurs publié bien après le roman de Simenon, mais disons que ce qui les rapproche, c’est l’ambiance. Dans les deux cas, l’action se situe dans une colonie française, le soleil est omniprésent, la chaleur joue sur l’humeur des personnages et provoque une espèce de lenteur et de tension où l’on sent que les choses peuvent dégénérer à la moindre parole ou comportement blessant. Ici les personnages sont aussi plus remarquables. J’aurais voulu parfois être à la place de Jonsac face à la jeune femme Lelia, autre personnage intéressant du livre, bien plus saine que les autres mais trop fragile, fréquentant un monde pas fait pour elle, et dont on voudrait prendre soin. Simenon fait éviter à ses personnages la tragédie, mais il les condamne à une existence vraiment pathétique. Un roman qui laisse un goût amer. J’ai beaucoup aimé.

A propos de F.

Un lecteur qui vous invite à découvrir ses lectures, qui les partage et en parle avec vous.

2 Réponses à “Les clients d’Avrenos – Georges SIMENON”

  1. Le 19 mai 2016 à 23 h 14 min Lesrumeursdemarie a répondu avec... #

    Wahou ! Il est beau ce petit blog ;) bravo pour cette jolie déco, simple mais efficace.

    Je n’ai encore jamais lu de Simenon et ta chronique me donne encore plus envie de découvrir cet auteur ! Surtout ta comparaison avec L’Étranger que j’ai adoré et lu trois fois (au moins)…

    • Le 20 mai 2016 à 12 h 38 min F. a répondu avec... #

      Merci pour ton passage et pour ton compliment. ;)
      Oui je serais curieux d’avoir ton avis, pour voir si ça te fait un peu la même chose qu’avec L’Étranger. Après, c’est peut-être qu’une idée que je me fais…

Ajouter votre réponse

Cometewaf |
Blogdeshojomanga |
Voulez-vous de mes nouvelles ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Skarbnica ciekawych artykułów
| Fragrancedepoesie
| Jm168540