Contemporain, Historique

Mangez-le si vous voulez – Jean TEULÉ

imagesLe mardi 16 août 1870, Alain de Monéys, jeune Périgourdin intelligent et aimable, se rend à la foire de Hautefaye, le village voisin.

Il arrive à destination à quatorze heures.

Deux heures plus tard, la foule l’aura lynché, torturé, brûlé vif et même mangé.

Pourquoi une telle horreur est-elle possible ? Comment une foule paisible peut-elle être saisie par une frénésie aussi barbare ?

Ce calvaire raconté étape par étape constitue l’une des anecdotes les plus honteuses de l’histoire du XIXe siècle en France.

Mon avis

Il faut avoir le cœur bien accroché pour lire ce livre. Mais j’ai eu le sentiment que je devais le faire et aller jusque au bout, en hommage à ce pauvre de Monéys, dont on se demande comment il a pu endurer ce lynchage et continuer de penser… et tenter encore de raisonner ceux qui le torturaient avant d’être achevé, sous un ciel sourd et aveugle. Des habitants du village ont bien tenté de calmer les lyncheurs, de les détourner de leur sauvagerie soudaine, totalement soumis à une psychologie de foule animée par les instincts les plus primitifs de l’homme, et malgré tout le calvaire qu’endure de Monéys, j’ai eu le « réconfort » de me dire que peut-être, l’aide de ces quelques hommes qui l’ont soutenu lui aura permis de mieux supporter ses souffrances… 

Même si Teulé verse à fond dans le macabre et parvient encore à faire de l’humour, comme toujours, ce sont les histoires qu’il raconte qui l’exigent, celle-ci plus que les autres. Malgré tout je l’ai trouvé plus sobre ici. Que dire de plus cru au-delà des faits qu’il rapporte ? Lorsque les lyncheurs se relâchent un peu, Teulé a l’intelligence d’apporter un peu d’air au récit, grâce aux quelques amis de Monéys qui s’interposent entre lui et ses bourreaux, tentent de le mettre à l’abris, et grâce aussi à la fille du village pour laquelle la victime avait des sentiments, quelques êtres restés humains, lumineux, aux côtés desquels Teulé finit par s’indigner : « Laissez-le ! mais laissez-le ! »  

On pourra trouver ce livre dégoûtant, ignoble, raconter cette histoire je pense était nécessaire. Pour la mémoire de la victime, qui a été jusqu’à se faire manger, et pour comprendre jusqu’à quel point la folie collective peut emporter des foules dont les individus sont pourtant au quotidien des gens tout à fait normaux, aimables, généreux, courtois, n’ayant rien à voir avec le crime. Et même si l’ivresse et la canicule ont joué un rôle important dans cette affaire, le contexte historique et économique dans lequel se déroule le lynchage est aussi à prendre en compte. Tout part d’un malentendu politique, d’une phrase transformée, détournée de son sens, à la base tellement insignifiante, prononcée au mauvais moment… De quoi faire réfléchir sur la bêtise humaine et ses phénomènes délirants.   

A propos de F.

Un lecteur qui vous invite à découvrir ses lectures, qui les partage et en parle avec vous.

2 Réponses à “Mangez-le si vous voulez – Jean TEULÉ”

  1. Le 28 juillet 2017 à 20 h 16 min chloplume a répondu avec... #

    Wouah. Je ne connaissais pas l’histoire de Alain de Monéys ; après avoir fait quelques recherches, j’oscille entre le dégoût et l’incompréhension …

    Dernière publication sur Bienvenue chez Chlo Plume : L'empreinte des amants - John Conolly

  2. Le 29 juillet 2017 à 11 h 30 min F. a répondu avec... #

    Oui on a peine à croire que ces scènes là puissent avoir lieu… surtout dans le contexte d’un petit village où tout le monde se connaît et s’apprécie… et pourtant.

Ajouter votre réponse

Cometewaf |
Blogdeshojomanga |
Voulez-vous de mes nouvelles ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Skarbnica ciekawych artykułów
| Fragrancedepoesie
| Jm168540